Posté le 22 Août 2016 dans Le off de Calbantine | No Comments

Sur la plage des pêcheurs, les vieux réparaient les filets, assis les jambes écartées, les mains allant toutes seules. Les yeux voyaient peu, aucun ne portait de lunettes. Les mains avaient déjà appris par coeur ce qu’il y avait à voir. Ils travaillaient le nez en l’air, regardant droit devant vers la mer, qui était aussi en eux. Ils oscillaient à terre comme en bateau. Les enfants étaient occupés par un tas de ferraille, leur jeu préféré était d’apprendre à faire. Ils demandaient à être mis à l’épreuve, ils nettoyaient les barques des incrustations, ils graissaient le tolet où passait la rame.

Erri de Luca,
Extrait de Les poissons ne ferment pas les yeux

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.